Biopiraterie on-line

Avec l’entrée en vigueur du protocole de Nagoya en 2014, on croyait les peuples indigènes et les pays du sud enfin protégés de la biopiraterie. Que nenni ! D’après un récent article de la revue Science, c’était sans compter sur les ribambelles de séquences ADN stockées dans les bases de données.

L’accord de Nagoya, aujourd’hui …

Lire la suite