Flamant rose en apesanteur

Le légendaire équilibre du flamant rose

a de quoi inspirer la robotique

A moins d’être moine Shaolin, je vous la souhaite bonne pour tenir longtemps en équilibre sur une seule jambe. Quand à s’assoupir dans cette position, même pas la peine d’essayer !
Bande d’incapables ! Prenez-en de la graine : les flamants roses restent des heures sur une patte sans broncher, d’ailleurs, ils dorment.

Les scientifiques ont longtemps pensé que cette stratégie unijambiste était un moyen d’économiser l’énergie et les muscles, laissant une patte se détendre un peu pendant que l’autre supporte le poids du corps. Qu’on se le dise, cette théorie est bidon. De fait, le flamant rose ne se fatigue pas, il ne se fatigue même pas du tout. L’échassier reste en équilibre sur une seule patte, même mort !

Histoire à dormir debout

Si vous avez du papier peint californien dans vos toilettes, voilà qui devrait vous inspirer. Pour percer le grand mystère de cet énergumène à plumes, une équipe de recherche a mené une expérience, morbide mais bigrement efficace, avec des cadavres !

Je vous laisse imaginer la scène… des scientifiques manipulent des pantins dégingandés et essaient toutes les positions pour les faire tenir debout (à savoir que l’oiseau fait quand même 1,30 mètre). Tout est complètement grotesque et, comme par hasard, faut que ça tombe sur le flamant ! N’empêche, il fallait oser et les résultats de cette expérience parlent d’eux mêmes.

Les scientifiques ont pu démontrer qu’il existe une position précise, sur une seule jambe, dans laquelle le flamant tient debout sans effort (forcément il est mort). Dès qu’on met le cadavre en appui sur ses deux pattes, il se casse la gueule. Aucun doute donc, l’oiseau a besoin de sa force musculaire pour tenir sur deux jambes. Sur une seule, relax max, la posture est passive. La hanche et le genou bien placés, les articulations non verrouillées, il suffit de trouver le bon angle et la bonne position pour compenser la gravité, comme dans un simple problème de mécanique classique de collège.

Les chercheurs le reconnaissent volontiers dans un article, ils ont bien rigolé. Mais cette découverte aussi cocasse qu’elle puisse paraître pourrait bien être utile. On pourrait par exemple s’inspirer de l’anatomie et des prouesses mécaniques du flamant pour développer des robots extra-stables à consommation réduite en énergie.

 


Source :

Mechanical evidence that flamingos can support their body on one leg with little active muscular force, Biology Letters, mai 2017

Neuromechanics of Flamingos’ Amazing Feats of Balance, The Conversation US on May 27, 2017, Scientific American

Les chercheurs précisent que les règles d’éthique ont été respectées lors de cette expérience, aucun animal n’a été maltraité, les oiseaux sont en provenance du zoo d’Atlanta.


Illustration :

Newton et le flamant, bricolage Micrologie, 2017, inspiré par portrait de Isaac Newton, Godfrey Kneller (1646-1723)


 

Si ce billet vous a plu, partagez-le !

Facebook
Facebook
INSTAGRAM
GOOGLE
http://micrologie.com/flamant-rose-en-apesanteur/

Microbillets du vendredi

Pour recevoir chaque vendredi les dernières nouvelles dans votre boîte, indiquez votre adresse et clic !
* champ obligatoire

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *