Le sourire du macaque

Grosses failles dans la communication entre l’homme et le singe

Ah, ah, les tours opérateurs pour l’Asie du Sud Est et le Maroc commencent à avoir des petits soucis… les singes attaquent les touristes ! Bien fait !

D’après l’ONG britannique World Animal Protection, 110 millions de personnes font chier les animaux sauvages chaque année, entre selfies, vas-y-que-je-te-touche, paquet de bonbons et autres tortures.

Outre le fait que les animaux ne sont pas payés pour amuser les touristes et donc qu’il est bien normal qu’ils se défendent, des chercheurs relèvent un sérieux problème de communication interspécifique. Les humains ne comprennent rien aux singes !

Grimaces

Interpréter les états émotionnels de la personne à qui l’on s’adresse est la base de toute communication, avant le langage. Chez les primates, les singes et nous autres, les expressions du visage jouent un rôle primordial. C’est souvent une question de survie : si un grand mec balèze vous regarde en fronçant les sourcils, les narines dilatées et la bouche en cul de poule, vous savez intuitivement ce qu’il vous reste à faire.

Mais avec les singes, savez-vous interpréter correctement le message ?

Des chercheurs ont mené une petite expérience. Ils ont montré des photos de macaques à 124 personnes, les images illustrant différentes expressions chez le singe : agression, menace, détresse, amical et neutre.

Expressions chez le macaque

Photo : Six expressions faciales du macaque de Barbarie liées aux quatre émotions testées lors de l’étude.

(A) et (B) visage «agressif» ou «menace»; (C) et (D) visage «en détresse» ou «soumise»; (E) visage «amical» ou «affilié»; (F) visage «neutre».
Crédit photo: Laëtitia Maréchal (A, C), Julia Fischer (B, D, E) et Andrew Forsyth (F). Issue de PeerJ 

 

Les résultats en disent long… 40 % des gens qui n’y connaissent rien en langage simiesque confondent amical avec agression. Ils croient que le macaque sourit ou veut des bisous. Certains touristes s’amusent même à imiter le singe. Baston garantie !

Ne rigolez pas, en vérité, c’est grave. L’étude montre que moins de la moitié des gens sont capables d’identifier les états de détresse ! Zéro empathie et la torture continue.

Que les compagnies d’assurance vendent aux touristes une police incluant « morsure de singe » on s’en fout un peu. Le vrai risque est pour les animaux. Le tourisme « nature » se développe à tour de bras et la vie sauvage est devenue un divertissement de masse. En 2011, l’éco-tourisme et le « wildlife tourism » générait 6 milliards de dollar dans l’économie mondiale. Gros business = gros stress pour les bêtes.

 


Source : 

Experience-based human perception of facial expressions in Barbary macaques (Macaca sylvanus), PeerJ, juin 2017

N’hésitez pas à jeter un coup d’œil chez World Animal Protection en campagne contre les attractions touristiques les plus cruelles avec les animaux.

 


Illustration :

Le sourire du macaque, bricolage Micrologie 2017, inspiré de Portrait de Mona Lisa, Léonard de Vinci, 1506.


Si ce billet vous a plu, partagez-le !

Facebook
Facebook
INSTAGRAM
GOOGLE
http://micrologie.com/le-sourire-du-macaque/

Microbillets du vendredi

Pour recevoir chaque vendredi les dernières nouvelles dans votre boîte, indiquez votre adresse et clic !
* champ obligatoire

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *