15 000 ans de coloc’ avec les souris

Vous avez certainement une souris à la maison. Vous l’avez repérée : elle grignote les fils électriques et laisse des crottes dans les paquets de muesli. Mus musculus est bien installée chez nous, et ça ne date pas d’hier !

Publiée dans PNAS, une étude vient de montrer que ces petites bêtes bénéficient de nos largesses depuis au moins 15 000 ans. Elles squattaient chez les chasseurs-cueilleurs dès qu’ils ont commencé à installer des campements pérennes dans la vallée du Jourdain au Proche-Orient. Bien malines, les souris grises n’ont pas attendu la complète sédentarisation de l’homme et l’avènement de l’agriculture pour profiter des miettes. Ça leur a plutôt réussi d’ailleurs ! D’après les chercheurs, leur association avec l’homme leur a donné un considérable avantage compétitif sur leurs cousines, des espèces plus « sauvages », comme par exemple Mus macedonicus.

Avantage compétitif vous dites ?

Il est possible de retracer la folle histoire des souris, grâce aux fossiles. De petites variations au niveau des molaires permettent même de différencier les espèces. Les scientifiques ont donc regardé comment avaient fluctué les populations au cours des temps passés. Plus les chasseurs-cueilleurs restaient longtemps sur place, mieux c’était pour la souris grise. Dans les campements stables, elle prend largement le dessus et vire même les autres espèces. Dès que les conditions sont moins favorables et poussent les humains à reprendre leur vie de nomade, elle ne domine plus.

Bon plan pour la souris grise, mauvais pour les autres… en l’occurrence, l’influence de l’homme sur les interactions écologiques et les chaines alimentaires remonte à la nuit des temps ! Enfin, au moins à la fin du pléistocène.

Viens chez moi, j’habite chez une copine

Dans la grande aventure entre l’humain et l’animal, avant la domestication, bien avant l’agriculture, la souris grise serait donc une de nos premières espèces commensales (ou synanthrope). Elle est liée à l’homme, vit avec lui et profite du gîte et du couvert. Le moineau, le rat, la blatte en sont des exemples plus contemporains.

Du coup, les archéologues sont bien contents ! En s’intéressant aux fossiles de souris ils pourront désormais savoir si les premiers groupes humains qu’ils étudient sont restés longtemps sur un campement. Trop fortes ces souris !

Facebook
Facebook
INSTAGRAM
GOOGLE
http://micrologie.com/souris-chez-les-chasseurs-cueilleurs/

[E.Le]

Source : Origins of house mice in ecological niches created by settled hunter-gatherers in the Levant 15,000 y ago, PNAS Mars 2017
doi: 10.1073/pnas.1619137114

Illustration : Souris à l’hotel, collage Micrologie, 2017, inspiré par la salle de bain du Grand Hotel Budapest, film de Wes Anderson, 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *