Fins limiers

Votre chien est chômeur de longue durée ? Il est devenu alcoolique et ses réunions chez les AA ne donnent aucun résultat ? J’ai la solution : LE job de ses rêves ! Ludique, au grand air et pour la bonne cause. Une ONG américaine entraine les chiens et les met au service de la science et de la conservation de la biodiversité. Il fallait y penser, la truffe d’un toutou est l’un des instruments de détection les plus précis au monde.

Sur les traces du lézard-léopard

Je suis tombée complètement par hasard sur ce programme de chiens naturalistes en lisant une récente étude sur le lézard-léopard à nez plat. Jamais entendu parler ? Pas étonnant. Ce lézard du désert californien n’est pas très grand, super rare et presque invisible. Gris sable moucheté, il se confond totalement avec son environnement. D’un point de vue pratique, les scientifiques galèrent pour étudier son comportement dans la nature. Alors, aux grands maux les grands remèdes, je vous présente Wicket, une chienne croisée labrador tout simplement géniale. Wicket a rejoint Working Dog for Conservation en 2005 et elle est capable de détecter plus de 31 espèces différentes. Sur les traces du lézard-léopard, notre fin limier a fourni aux scientifiques des observations cruciales. Elle a régulièrement repéré la présence du reptile sous les buissons, démontrant que ce micro-habitat s’avère indispensable à sa survie. Sous la chaleur écrasante du désert, seules les touffes de végétation offrent au lézard-léopard des refuges pour réguler sa température. Une existence à flux tendu pour cette drôle de bestiole, en voie de disparition et menacée par le changement climatique. Mais rien n’est joué. Grâce au travail de Wicket, les scientifiques sont aujourd’hui en mesure de proposer un plan de sauvetage de l’espèce en semant de petits arbustes désertiques comme Ephedra california. Une interaction plante-animal révélée par un chien, ça laisse rêveur…

Je vous l’avoue, avec cette histoire de scientifiques à quatre pattes, j’ai eu une vraie belle surprise devant le catalogue des possibilités : suivi des populations, exploration subaquatique, lutte contre le trafic d’ivoire, détection des contaminants, repérage des espèces invasives, etc. Les chiens sont capables de tout suivre et de tout repérer, des truites au fond d’une rivière comme des larves de coléoptères.

Facebook
Facebook
INSTAGRAM
GOOGLE
http://micrologie.com/fins-limiers-quand-les-chiens-font-de-la-science/

[E.Le]

Source : Non-trophic interactions in deserts: Facilitation, interference, and an endangered lizard species, Basic and Applied Ecology, janvier 2017

Illustration: Fin limier, collage Micrologie, 2017, inspiré par Sherlock Holmes, élémentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *