Le jour où mon chien est devenu végétarien

Des chercheurs du CNRS viennent de trouver le gène Amy2B chez le chien. Hein ? Plaît-il?
Cette découverte prouve que nos amis à quatre pattes ne sont pas que de gros carnassiers. Quelques 30 000 ans passés auprès des hommes les ont marqués jusque dans leur système digestif. Domestiqués à bien des égards, ils n’ont plus grand chose à voir avec leur ancêtre le loup. On s’en doutait en regardant un chihuahua, mais ne nous arrêtons pas au physique… Le gène Amy2B donne la possibilité au chien de digérer l’amidon, un glucide présent dans les végétaux, notamment les céréales, les graines ou les racines. D’après les chercheurs, ce gène qui code pour une enzyme, l’amylase pancréatique, serait apparu chez les toutous en même temps que l’agriculture, il y a environs 7 000 ans.
Ils n’ont pas l’air comme ça, vautrés sur le canapé de mémé, mais les chiens seraient des êtres civilisés (et omnivores).

Régime de patates

En tombant sur cette histoire de gène machin-truc, j’ai eu une illumination ! Mon chien pourrait donc être végétarien et lutter contre la déforestation en Amazonie. Il pourrait, lui aussi, militer contre la souffrance animale. Youki faisant peu de cas de ses convictions politiques, j’ai toujours eu un petit doute… Comme dirait l’autre : « un chien végétarien, c’est pas naturel ». On peut toujours se demander si les boîtes de pâtée ont quelque chose à voir avec ce que mangerait un teckel une fois libéré et laissé à son sauvage et animal instinct… mais laissons ça, grâce à la découverte du gène Amy2B chez les poilus, le débat est clos.

Sur la planète, 75 millions de personnes auraient adopté un régime sans viande par choix. Considérant qu’en Europe environ un foyer sur deux possède un animal de compagnie, si chacun va au bout de sa logique et qu’on exclut les poissons rouges, ça devrait faire un bon paquet de chiens végétariens. Alors, pendant que s’enrichissent les entreprises qui ont flairé le filon de la croquette vegan, que disent les scientifiques ?

Gamelle épeautre et potiron

En septembre dernier, deux chercheurs de l’Université de Winchester ont creusé la question et publié une petite synthèse, faisant le tour des études vétérinaires sur les chiens mangeurs de carottes. Première observation : tout ce petit monde se porte bien. Deuxième observation : les fabricants de croquettes sans viande ne valent pas mieux, les tests nutritionnels réalisés sur leurs produits sont aussi douteux que chez les autres. En conclusion, les deux universitaires ne relèvent aucune contre-indication majeure. Comme chez l’humain, un régime végétarien pour le chien doit être complet au niveau nutritionnel et bien équilibré. Allez hop, en cuisine !

Je ne sais pas pourquoi mais mon gros toutou me regarde étrangement. Son amour inconditionnel pour le poulet serait-il menacé ?


Facebook
Facebook
INSTAGRAM
GOOGLE
http://micrologie.com/le-jour-ou-mon-chien-est-devenu-vegetarien/

[E.Le]

Sources : Vegetarian versus Meat-Based Diets for Companion Animals, Animals, sept 2016 (ici)
&
Coévolution bioculturelle entre l’homme et l’animal : quand le développement de l’agriculture influence le génome des chiens, CNRS, en direct des laboratoires, 1er décembre 2016

Illustration : chien végétarien, collage Micrologie, 2016, inspiré par mon chien Dakota, 6 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *