Requiem pour une forêt

200 activistes et leaders indigènes tués en 2016

Vu dans la presse internationale (The Guardian)
Bon, on arrête les violons, la lutte environnementale c’est pas cui-cui les petits oiseaux. Pour 2016, l’ONG Global Witness reporte 200 assassinats d’activistes, gardes-chasse et leaders indigènes. Rien que pour les premiers mois de 2017, on dénombre déjà 98 morts. En lutte contre les compagnies minières, les exploitants forestiers, l’agro-bussiness et les braconniers, les défenseurs de l’environnement se font purement et simplement éliminés, au sens strict du terme. Le Brésil arrive en tête, 49 tués, principalement en forêt amazonienne, faisant de l’Amérique du sud le continent le plus dangereux pour ceux qui s’opposent à l’exploitation des ressources.

Billy Kyte de Global Witness témoigne auprès du Guardian d’une épidémie de violence, chaque année les crimes se font plus nombreux : « Les communautés qui s’opposent à la destruction de l’environnement sont maintenant dans la ligne de mire des gardes de sécurité privés des entreprises, des forces de l’État et des tueurs sous contrats. Pour tous les défenseurs de l’environnement qui sont tués, beaucoup d’autres sont menacés de mort, d’expulsion et de destruction de leurs ressources. Ce ne sont pas des incidents isolés. Ils sont symptomatiques d’un assaut systématique sur les communautés éloignées et indigènes par des acteurs étatiques et d’entreprises. »

Dans le monde, on dénombre plus de 2 000 conflits environnementaux (voir Environmental Justice Atlas).


Source :

Environmental defenders being killed in record numbers globally, new research reveals, The Guardian, 13 juillet 2017


 Illustration :

Requiem pour une forêt, bricolage micrologie, 2017


Si ce billet vous a plu, partagez-le !

Facebook
Facebook
INSTAGRAM
GOOGLE
http://micrologie.com/requiem-pour-une-foret/

Microbillets du vendredi

Pour recevoir chaque vendredi les dernières nouvelles dans votre boîte, indiquez votre adresse et clic !
* champ obligatoire

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *