La mouche à l’heure du choix

Les bactéries intestinales influencent les décisions ! 

En cette déprimante période électorale et devant la dégénérescence de nos civilisations, il est tentant de fuir nos responsabilités et de faire porter le chapeau à quelques forces obscures. Lobotomisés par des extraterrestres ? La lune a bougé ? Nous sommes collectivement victimes d’une mystérieuse pathologie idéologique ?
J’ai trouvé beaucoup mieux ! Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles et reprendre une activité avilissante normale. C’est scientifiquement prouvé : de petits êtres étranges et microscopiques nous contrôlent !

Publié hier dans PLOS Biology, une étude vient de montrer que les bactéries qui peuplent l’intestin, membres du fameux microbiome, influencent le comportement et les choix. Je vous l’accorde, ces résultats ont été trouvés chez la mouche drosophile, n’empêche…

Les petits hommes verts

L’alimentation, c’est basique. Choisir les bons aliments est la clé du bien-être et de la survie des êtres vivants. Tu manges n’importe quoi, tu tombes malade et tu meurs. On peut donc supposer que les animaux qui fréquentent assez peu les psychiatres font instinctivement des choix judicieux.
Des chercheurs de l’université de Lisbonne ont creusé la question. Lors de leur expérience, ils ont nourri des drosophiles avec des aliments contrôlés. En privant les mouches de certains acides aminés essentiels, les scientifiques ont observé qu’elles développent un fort appétit pour les petits plats riches en protéines. En quelque sorte, elles font tout pour compenser, les acides aminés étant indispensables à leur reproduction.
En revanche, quand des drosophiles soumises au même régime sont « habitées » par les bactéries intestinales Acetobacter pomorum et Lactobacilli, elles ne se ruent pas sur la nourriture.

Les bêbêtes microscopiques influencent les décisions de la mouche ! Mieux que ça, les scientifiques ont observé qu’en leur présence les mouches non seulement ne se gavent pas, mais ne souffrent pas non plus de déficit. Elles poursuivent une existence normale, notamment font leurs œufs. « Les bactéries intestinales semblent induire un changement métabolique qui agit directement sur le cerveau et le corps » témoigne un des auteurs de l’étude. Les mécanismes en jeu restent pour l’heure assez énigmatiques.

La drosophile cohabite avec cinq espèces majeures de bactéries. Quand on pense que les humains vivent quand à eux avec plusieurs centaines d’espèces de micro-organismes, on imagine les débats houleux qui se jouent dans notre intérieur à l’heure des décisions… (mais a-t-on vraiment le choix ?)

 


Source :

Commensal bacteria and essential amino acids control food choice behavior and reproduction, PLOS biology, avril 2017 

 


Illustration :

Vanité, la mouche à l’heure du choix, bricolage Micrologie, 2017, inspiré de Vanité, Philippe de Champaigne, 1644

 


Si ce billet vous a plu, partagez-le !

Facebook
Facebook
INSTAGRAM
GOOGLE
http://micrologie.com/mouche-a-lheure-choix/

Microbillets du vendredi

Pour recevoir chaque vendredi les dernières nouvelles dans votre boîte, indiquez votre adresse et clic !
* champ obligatoire

2 Comments

  1. Hicham
    1 juin 2017
    Reply

    Bonjour,

    Très intéressant votre Blog et très amusant à la fois !!

    Mais en ce qui concerne ce sujet que j’affectionne tout particulièrement ,
    qui réellement décide, fait les choix, libre arbitre ect… sans pencher vers les ptis hommes vert si ironiquement employé;
    Si vous poussez le sujet au maximum de sa recherche vous risquez d’être très surprise !
    Et là je ne parle pas de vos bêbêtes microscopiques,
    Je parle d’une vrai investigation sérieuse et honnête sans aucun voile de croyance mais d’une investigation minutieuse !!
    Je vous invite à prendre contact avec moi si ce sujet vous passionne !!
    Cordialement,

    • [E.Le]
      1 juin 2017
      Reply

      Bonjour, vous voulez dire quoi par investigations sérieuses ? Si nous sommes bien d’accord, il s’agit de : travaux publiés après révision par les pairs, réplicables, soumis au débat au sein de la communauté scientifique ouverte, avec documents, protocoles et données accessibles. Si ce dont vous parlez répond à ces critères (parce qu’à défaut d’autre chose, et vu le ramassis de conneries qui tournent, nous ne pouvons nous fier qu’à ça pour l’instant), n’hésitez pas à en faire part au reste de l’humanité 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *